Depuis trente ans ils nous font confiance
pour leurs projets de simulation de flux

 

À Toulouse, Saint-Nazaire, Nantes, en Allemagne ou en Espagne, nous avons modélisé de multiples lignes de production, et formé à la simulation des ingénieurs. Les process sont parfois très spécifiques (usinages chimiques, assemblage de grosses pièces, outillages rares), les problématiques demeurent celles de tout industriel : découpage des tâches, plannings et compétences des opérateurs, optimisation des changements d’outils, validation d’ordonnancements.

Air France utilise depuis 2008 des modèles ExtendSim de simulation de flux pour améliorer le taux de correspondances réussies dans  le terminal 2 de l’aéroport Roissy-Charles-De-Gaulle. Le modèle de simulation s’emploie chaque saison sur de nouveaux plans de vol, en ajustant les circulations, le nombre de navettes, etc. aux situations actuelles.

Après un modèle de capacité de laboratoire d’analyses en 2011, une équipe BioMérieux a été formée à ExtendSim et à la dynamique des systèmes de convoyage, devenant l’interlocuteur privilégié pour la construction de modèles sur les cycles d’utilisation et décontamination d’incubateurs (2012-2013). Le modèle de base a été décliné sur d’autres sites, devenant ainsi plus générique (2015).

Plusieurs divisions et implantations Bouygues ont eu recours à la simulation pour valider la sécurité et la capacité de grands sites recevant du public. Aux flux d’usagers se mêlent des flux d’employés, de professionnels et souvent de véhicules. Les scénarios incluent des conditions extrêmes (heures de pointe, événements spéciaux), des logiques d’ascenseurs et d’accès sécurisés.

Dès l’apparition d’ExtendSim en France, le Centre de Recherche de Voreppe, qui travaille pour toutes les usines du groupe, a choisi le logiciel pour étudier et améliorer les performances de lignes de production de produits issus de l’alumine. Les usines d’électrolyse ont ensuite utilisé la simulation de flux en direct, et 1Point2 a développé une bibliothèque spécifique de blocs adaptés aux flux de métaux.

Depuis bientôt 10 ans 1Point2 travaille régulièrement sur des modèles de lignes de conditionnement de médicaments, pour lesquelles des outils génériques ont été développés, permettant de jouer sur les cadences (flacons par minute), les stocks de consommables à ravitailler, les types d’arrêts internes possibles de la ligne, les positions d’intervention des opérateurs, les liens avec l’automatisme et la logique des capteurs amont/aval sur les convoyeurs, le déplacement connexe des flux de palettes.

 

Des modèles de simulation de flux ont été construits pour optimiser la répartition des tâches et des ressources pour le cycle de culture du maïs, depuis les semis jusqu’au séchage et conditionnnement du produit à maturation, prenant en compte plusieurs parcelles avec leurs conditions météorologiques et logistiques spécifiques. Une multiplicité de paramètres pour un casse-tête dont seule la simulation pouvait venir à bout…

 

Pour ce spécialiste des ciments spéciaux,  1Point2 a décrit les lignes de production de plusieurs sites, depuis le broyage initial jusqu’à la consommation des produits conditionnés. La simulation a permis de moduler les campagnes de produits en fonction des tranches horaires EDF favorables, d’adapter les débits des broyeurs, l’utilisation des silos et des emballages, et au final garantir un meilleur respect des délais de fabrication.

Cela a commencé par l’étude de l’impact du « drive » sur la voirie alentours, pour plusieurs sites du restaurant.  Puis la simulation de flux a gagné le planning des équipiers, la configuration des postes, les gammes de production, la qualité du service, montrant les potentiels de gain par la diminution des rebuts, la meilleure occupation des équipements, les économies d’énergie, la plus fine adéquation des équipes aux besoins.

De par son métier Technip rencontre des systèmes très complexes, souvent avec des problématiques de grande envergure. La simulation de flux doit soutenir l’ingénierie sur ces projets, et ExtendSim a été utilisé pour valider des implantations, mettre à l’épreuve des entreposages, dimensionner des zones de stockage dynamique, optimiser des flux logistiques portuaires.